Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Paroisse protestante de Hoenheim

Émerveillée

15 Juillet 2020, 12:00pm

Publié par Paroisse protestante de Hoenheim

Jésus dit à la femme de Samarie : "Donne-moi à boire" (Jean 4:7)

Que tu puisses, Seigneur Dieu de l'univers,

demander quelque chose à l'être humain que je suis,

demeure pour moi le plus grand des mystères.

Mystère plus grand que celui de la  voie lactée,

de la germination des plantes et des marées d'équinoxe.

Je ne saurai jamais, tant que le monde durera,

pourquoi ton règne de lumière fut ainsi confié à nos insuffisances.

Mais tout émerveillée, je m'écrie :

"Qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui?"

Que tu puisses  Seigneur Dieu de l'Univers,

donner de toi-même à celle que je suis,

et supporter tout ce qui me fait différente de toi,

que tu puisses accepter, pour ton règne de lumière, pareille dissemblance,

et me laisser à ma place afin que je t'y célèbre, 

demeurera toujours pour moi le plus grand des mystères.

Et tout émerveillée je m'écrie :

"Qu'est-ce que l'homme pour que tu prennes garde à lui ?"

Que tu puisses, Seigneur Dieu de l'univers,

ne point trouver de repos que tu ne m'aies gagnée tout entière,

que je sois destinée à vivre plus longtemps que les autres dans l'au-delà des nuits,

que je sois destinée à n'être pas demain ce qu'aujourd'hui je suis,

demeurera toujours pour moi le plus grand des mystères.

c'est pourquoi je m'écrie :

"qu'est-ce que l'homme pour que tu te souviennes de lui?"

 

                                                                                                                                                              Soeur Myriam

 

 

Voir les commentaires

Et si on lisait de la théologie cet été ?

12 Juillet 2020, 20:23pm

Publié par Paroisse protestante de Hoenheim

(et pas seulement des polars 😊)

Et si on lisait de la théologie cet été ?

De grâce, ne refermez pas cette page trop vite !

Nous sommes en juillet, c'est vrai, et notre cerveau a besoin de légèreté et de soleil, surtout cette année. Mais lire de la théologie ne veut pour autant pas dire que l'on va se plonger dans des écrits obscurs et sombres.

Le journal Réforme a publié au mois de juin un numéro spécial consacré au philosophe chrétien Jacques Ellul et il est bluffant de découvrir à quel point ses écrits sont d'actualité.

Alors, courage !

Lancez-vous sans trop d'a priori dans la double page qui vous trouverez ci-dessous (les deux 📎) : avec le professeur Frédéric Rognon comme éclaireur, c'est beaucoup plus facile.

Et porteur d'espérance, pour aujourd'hui et pour demain !

Voir les commentaires

Enfin les vacances !

8 Juillet 2020, 10:00am

Publié par Paroisse protestante de Hoenheim

Enfin les vacances, Seigneur !

Tu sais combien je les ai attendues ! 

Je comptais les jours et les heures,

mon travail se faisait plus pesant à mesure qu'elles approchaient.

Et maintenant, me voici parfois tout bête, ne sachant que faire de ma liberté toute neuve.

Encore bloqué(e) à la maison, le calendrier vide,

faute de travail, faute d'être assez en bonne santé pour sortir

 Seul(e)  à m’inquiéter de tout ce temps dont je dispose 

et dont je ne sais plus quoi faire.

Béni les jours qui s'ouvrent devant moi :

jours de joies et de paix,

jours de détente et d'amitié

jours de vide.

En savourant cette paix, en détendant mon corps et mon cœur,

ou bien en tournant en rond

je te parle Seigneur.

Je te parle depuis la montagne ou sur l'océan,

depuis la plaine et la rivière,

sous le soleil et les nuages

ou depuis chez moi.

 

Béni Seigneur ce temps de vacance.

Viens m'habiter.

Ouvre des brèches de liberté et d'amour dans le sable mouvant de mon histoire

Et fais germer en moi des lendemains

qui chantent la joie d'être aimé.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Quelques échos du culte de départ de la pasteure Anne Epting

7 Juillet 2020, 16:30pm

Publié par Paroisse protestante de Hoenheim

Photo : Ketut Subiyanto

Photo : Ketut Subiyanto

 

Portez les fardeaux les uns des autres,
ainsi vous accomplirez la loi du Christ.

Galates 6, 2

Confession de foi :

Je choisis Dieu !

Il invente la vie.

Il nous remplit de tendresse.

Il s’intéresse à la terre.

Il se lie d’amour avec les vivants.

Ce Dieu-là me passionne.

        

Je choisis le Christ !

Il avance au milieu de nous avec un cœur et un corps de chez nous.

Il a des paroles bouleversantes qui inventent une autre vie.

Il annonce un Evangile de bonheur.

Il se donne par amour.

Ce Christ-là me passionne.

        

Je choisis le Saint-Esprit !

Il est le souffle de Dieu sur la terre des hommes.

A l’intérieur de nous-mêmes il travaille, invisible, mais fort.

Il invente en nous le courage de marcher sur les chemins difficiles.

Il nous fait grandir à l’image du Christ.

Cet Esprit-là me passionne !

        

Je choisis l’Eglise !

Elle est le rassemblement de tous ceux qui inventent une terre d’amour en prenant les plans de l’Evangile.

Cette Eglise-là me passionne !

 

 

                                            Ch. Singer, Terres, p. 148

 

 

Juste avant la prédication ...    photo : clom

Juste avant la prédication ... photo : clom

La prédication

« Portez les fardeaux les uns des autres, ainsi vous accomplirez la loi du Christ » (Galates 6,2)

 

 

Chers sœurs et frères, chers amis,

 

Et bien, nous y voilà, à mon culte de départ, le dernier célébré avec vous, venus nombreux. J’en suis touchée et émue, et je suppose, vous aussi !

Ces dernières semaines, en vous rencontrant à l’église ou dans les rues à Bischheim, certains m’ont exprimé très spontanément leur émotion : « Je suis triste d’apprendre ton départ ». Et vous savez quoi ? Je me suis surprise moi-même à m’entendre répondre : « C’est la vie ! »

Alors j’ai pensé que ma réponse était un peu stupide.

Pourquoi ? J’avais le sentiment de laisser mon interlocuteur seul avec sa tristesse, n’ayant pu le rejoindre.

Souvent, nous ne sommes pas assez présents à celui qui est face à nous, le laissant devant nous ou derrière nous, si peu avec nous, et nous avec lui.

M’est venu en tête un récit raconté par un de mes écrivains de prédilection, Christian Bobin. Un jour dans un hôpital psychiatrique, un homme arrive vers lui, le visage éblouissant, les yeux pétillants de joie, et lui dit : « Je vous reconnais, vous êtes Dieu ! »

« C’était vraiment me faire beaucoup d’honneur » commente Christian Bobin, rajoutant : « La vie, c’est des cartes qui tombent comme ça en moins d’une seconde, et il faut tout de suite relancer le jeu ».

Il répond, d’une réponse un peu faible « non ». Alors le visage de l’homme perd son éclat. Enténébré, il s’en va.

Aujourd’hui, dit l’écrivain, je lui répondrai : « oui, mais vous aussi ! »

 

On n’est jamais assez présent les uns aux autres. Nous nous protégeons derrière une carapace, nous sommes sur la défensive, nous ne sommes pas à l’aise quand nous avons le sentiment que les choses ne sont pas sous contrôle, maîtrisées.

 

Une des remarques m’ayant le plus frappé pendant le confinement et face à l’épidémie du virus, fut celle liée à la découverte ou redécouverte de notre vulnérabilité humaine. Nous pensions en avoir terminé avec notre fragilité. Les bonds techniques et scientifiques de 30 dernières années nous ont assuré un confort et une sécurité sans précédent. Ce qu’on appelle la 3ème révolution industrielle, celle du développement vertigineux du numérique, incluant les progrès des sciences, de la technologie, de la médecine, ne devait-elle pas nous mettre à l’abri du malheur, y compris des contaminations, et nous guérir des maladies ? Nous voyons même déjà apparaître à l’horizon la promesse folle de l’immortalité du corps. Certains scientifiques adeptes de la théorie du transhumanisme comprenant les manipulations génétiques, l’intelligence artificielle, planchent sur la recherche de l’arrêt du processus de vieillissement ou mieux encore : comment l’inverser et retrouver la jeunesse de nos 20 ans.

 

Dans la foi chrétienne, la vulnérabilité, la fragilité ne sont pas des tares.

Elles font partie de notre condition humaine de créatures limitées par le mal et la mort avec son lot de souffrances, de maladies, de blessures, d’échecs. A ce titre, elles sont acceptables. Nous avons notre vie entière pour les accueillir et les intégrer.

Faisant le bilan de mes 12 années de présence à Bischheim au dernier conseil presbytéral, j’exposai ce qui est essentiel dans mon ministère et dans ma vie, résumé dans ce concentré de la foi chrétienne : la mort et la résurrection du Christ.

« La mort me parle de la rudesse de l’existence, de ses combats, de l’épreuve, du désespoir, du deuil et du manque : une réalité à laquelle on ne peut se soustraire. J’ai appris, même si c’est difficile, à la regarder les yeux dans les yeux. C’est le prix à payer pour la traverser (la mort) et être conduit à l’état de résurrection, celui d’être relevé, verticalisé par la puissance de vie opérée par le Christ ».

 

Un jour, pendant un culte, à hauteur de cette chaire, j’ai vu ce que je n’avais remarqué auparavant, se révélant à moi. Les deux représentations : la crucifixion de Jésus du vitrail et la résurrection du tableau. Deux scènes alignées. Il n’y a pas de hasard dans ce face à face, cet alignement : la mort et la résurrection dialoguent, se répondent. Elles sont liées par un destin commun, une intention et une volonté divine.

Ainsi, quand nos carapaces cèdent, quand nos laissons entrer un peu de lumière dans nos lézardes, dans nos fissures, nous devenons plus humains, plus sensibles, plus proches des uns des autres.

Vous connaissez peut-être ce conte du porteur d’eau, qui transporte sur ses épaules deux cruches d’eau, suspendues aux extrémités d’une pièce de bois. L’une d’elle a une fissure. Elle perd une quantité importante de son eau, avant même l’arrivée au village du porteur. Un jour, stupéfaite, elle remarque les fleurs qui ont poussé seulement de son côté le long du chemin.

 

Rappelez-vous pendant le confinement, une période de plusieurs semaines vécus si difficilement pour certains, moins pour d’autres, où nous avons exercé la solidarité, nous avons pris des nouvelles des plus fragiles, des personnes seules, de celles éprouvées par l’isolement, la maladie, le deuil, soutenus ceux qui sont dans la précarité matérielle, qui se sont trouver encore un peu plus précipités dans une situation très difficile.

 

Avec le mot d’ordre de ce dimanche « Portez les fardeaux les uns des autres, ainsi vous accomplirez la loi du Christ », je ne pouvais espérer une parole plus belle pour mon culte de départ.

Se soutenir mutuellement, porter ensemble les fardeaux, nos épreuves, ce qui nous pèse, nous écrase quelquefois, ce qui rend nos pas titubants pour avancer dans notre journée, sans énergie car accablés de soucis, en proie à l’angoisse et la peur.  

Porter un fardeau à plusieurs, communautairement, en Eglise, dans le consistoire, dans la paroisse, c’est autre chose que de se charger seul d’un poids. Seul, on ne va pas très loin, et au bout du compte, on est écrasé sous le poids.

Ensemble, c’est mieux, plus efficace, plus agréable, à condition de se mettre d’accord et de se faire confiance.

Cela ne fonctionne pas toujours : quelqu’un peut être trop faible, découragé d’avance, un autre tirer tout de son côté, un autre sur lequel on espérait compter être absent, un autre se prendre pour un petit chef…

 

Le mot d’ordre affirme que porter les fardeaux les uns des autres, c’est accomplir la loi du Christ.

Je suis en paix, et j’espère vous aussi, car je sais que ne n’ai pas besoin de tout contrôler et maîtriser. Dans ma fragilité humaine, je me remets et me confie au Seigneur de ma vie, et me place sous sa loi, guidée par l’Esprit du Christ vivant en moi.

 

Inspirés et à l’écoute de la Parole de Dieu, avec la force de la prière, restez toujours confiants et remplis d’espérance et de paix, vous laissant conduire par l’Esprit-Saint, sans crainte.

Anne Epting

Voir les commentaires

JOUR DE DIEU

1 Juillet 2020, 10:00am

Publié par Paroisse protestante de Hoenheim

Seigneur, au matin de ce nouveau jour,

Mets sur mes lèvres un sourire  d'espérance.

Tu prépares pour moi des rencontres et des tâches fructueuses.

Accorde-moi aussi la patience d'accueillir ce qui me semble inutile

et de supporter ce qui me dérange.

Seigneur, en ce milieu de jour

Élargis l'espace de mon cœur

pour pouvoir accueillir les exigences et les défis de l'autre sans perdre ma liberté.

Tu m'as voulu frère, sœur capable de relation.

Seigneur, au soir de ce jour,

Je dépose devant toi la tâche accomplie et celle qui n'a pu l'être

Donne à mon corps le repos, à mon être intérieur la sérénité

Et des forces nouvelles pour le jour qui vient.

 

 

 

Voir les commentaires

Plan des cultes de l'été

28 Juin 2020, 17:44pm

Publié par Paroisse protestante de Hoenheim

sur le secteur Schiltigheim, Bischheim, Hoenheim et Souffelweyersheim-Reichstett

Plan des cultes de l'été

Voir les commentaires

Culte à picorer du 28 juin 2020

28 Juin 2020, 15:37pm

Publié par Paroisse protestante de Hoenheim

Prière

Seigneur, nous oublions si souvent l’aventure extraordinaire que tu nous proposes de vivre.

Toi qui tiens dans ta main la profondeur de l’homme, mets en nous aujourd’hui le levain du Royaume.

 

Ton but est de nous offrir la vie en partage, celle que rien ne compromet.
Pourtant, les hommes manquent de respect pour la vie : ils s’entre-tuent et font couler le sang injustement.


Ton but est la vie et tu veux que tous aient de quoi vivre.

Nous, nous gaspillons et refusons de partager, alors que des hommes, des femmes et des enfants meurent de faim, dans leur corps et dans leur esprit.


Ton but est que les hommes constituent des communautés vivantes ;

mais bien souvent nous ne sommes capables de créer que des communautés de « semblables » repliées sur elles-mêmes, qui peinent à accueillir vraiment celles et ceux qui diffèrent de nous par leur culture, leur pratique, ou leur condition sociale.

 

Dieu tout-puissant, plein de tendresse, prends pitié de nous !

Tu dévoiles à nos yeux l’océan de ta grâce.
Sois pour nous l’horizon; viens briser nos impasses.
Ouvre-nous le chemin où se risque la vie.

 

 

Annonce de la grâce :

     

L’apôtre Paul écrit :

« Dieu était dans le Christ,
réconciliant le monde avec lui-même,
et mettant en nous la parole de réconciliation. »

 

Dieu sait nos erreurs, il est notre vérité.

Il sait notre faiblesse, il est notre force,

Il sait notre angoisse, il est notre paix

Il sait notre folie, il est notre sagesse

Il sait notre orgueil, il est notre humilité

Il sait notre mort, il est notre vie

Il sait notre nuit, il est notre étoile.

 

extrait de Recueil de prières et de textes pour les cultes,

choisis par les lecteurs d'Evangile et Liberté

 

Prière d'intercession

(écrite à partir des difficultés vécues pendant le confinement, évoquées et collectées pendant le culte du 21 juin)

Lorsque nous pleurons un proche décédé ou lorsque notre santé est menacée, permets-nous d’accepter notre fragilité humaine et de saisir à quel point toute vie est précieuse et combien chaque moment partagé compte.

Apprends-nous à ne plus nous positionner en maîtres du monde à qui tout est dû et à ne pas oublier que toi seul possèdes les clefs de la vie et de la mort.

 

Garde-nous de culpabiliser lorsque nous n’avons pas pu dire au-revoir à un proche avant qu’il ne meure, ou parce que nous n’avons pas pu organiser les adieux « comme il faut », comme nous l’aurions voulu. Rappelle-nous qu’au delà de toutes les limites qui s’imposent à nous, c’est toi qui recueilles dans ton amour celles et ceux qui nous ont quittés.

 

Lorsque la peine nous gagne, permets-nous de nous enraciner dans un juste et fécond travail de mémoire et de laisser un peu de place en nous pour l’espérance.

 

Lorsque la solitude nous étreint, lorsque l’affection des autres nous manque, lorsque nous nous sentons abandonné.e.s, ne nous laisse-pas nous replier sur nous-mêmes ; permets-nous de trouver la force de rompre nous-mêmes cet isolement en acceptant une main tendue ou en prenant simplement des nouvelles de quelqu’un d’autre.

 

Lorsque nous nous retrouvons soudain en première ligne pour soutenir notre famille ou un parent en difficulté, renouvelle nos forces et permets-nous de rester inventifs sans nous tromper de combat.

 

Lorsque nous nous sentons impuissants à aider, soulager ou accompagner un proche, lorsque chaque jour apporte son lot de changements de consignes et de bonnes ou mauvaises nouvelles, permets-nous de trouver le chemin de la paix et du lâcher prise pour ne pas subir,  rester acteurs de notre vie à la juste mesure des petites et plus grandes choses qui seules sont entre nos mains.

 

Lorsque la peur, ou la terreur même, nous retiennent chez nous, lorsque le monde semble menaçant, irrespectueux, accorde-nous de savoir faire le pari de la rencontre, d’oser tourner cette page et de reprendre confiance en l’avenir.

 

Lorsque nous souffrons de l’injustice d’une situation ou d’une parole, apprends-nous, par ta parole et ton amour, le chemin de la résilience, du relèvement.

 

Lorsque la moindre chose du quotidien devient compliquée ou conflictuelle, donne-nous le discernement et le courage nécessaires pour prendre les décisions difficiles mais pourtant nécessaires.

 

Alors que l’épidémie semble ralentir sa course, aide-nous à ne pas désespérer de notre humanité qui a la mémoire si courte et des résolutions bien éphémères. Donne-nous d’oser prendre les devants et d’être artisans de changement et d’espérance là où nous sommes.

Culte à picorer du 28 juin 2020

Attention !

Pas de culte à Hoenheim dimanche prochain :

nous nous retrouvons tous à Bischheim, rue Nationale, à 10h, pour partager le culte de départ de la pasteure Anne EPTING.

 

Ensuite, ce seront les cultes de l'été, communs à toutes les paroisses du secteur.

Le plan de culte se trouve dans l'article suivant et dans la page "Calendrier" de ce blog.

Prochain culte à Hoenheim, le dimanche 26 juillet à 10h.

A tout bientôt sur ce blog et dans l'une des églises de notre secteur,

et surtout, bon été à chacun.e !

Voir les commentaires

Le cosmos est son sanctuaire

24 Juin 2020, 10:00am

Publié par Paroisse protestante de Hoenheim

Louez le Seigneur dans le cosmos son sanctuaire d'un rayon de 100 000 millions d'années lumière.

Louez-le  par les étoiles et les espaces interstellaires.

Louez-le par les galaxies et les espaces intergalactiques.

Louez-le par les atomes et les vides intra-atomiques.

Louez-la avec le violon et la flûte et avec le saxophone.

Louez-le avec les clarinettes et le cor, avec des clairons et  des trombones.

Louez-le avec des violes et des violoncelles, avec des pianos et des synthétiseurs.

Louez-le avec le blues et le jazz, le rock et le rap,

et avec les orchestres symphoniques, avec les slams et la sème de Beethoven,

avec des guitares et des percussions.

Louez-le avec les CD et les enregistrements numériques.

 

QUE TOUT CE QUI RESPIRE LOUE LE SEIGNEUR, TOUTE CELLULE VIVANTE,

ALLÉLUIA

 

 

Voir les commentaires

L'invitation

21 Juin 2020, 18:25pm

Publié par Paroisse protestante de Hoenheim

Culte à picorer à partir d'extraits du culte célébré à l'église ce dimanche

Arc en ciel - Hans Van Heerden - Pexels

Arc en ciel - Hans Van Heerden - Pexels

Jésus dit :

"Venez à moi,

vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, 

et moi je vous donnerai le repos"

Matthieu 11, 28

Louange (la même chose ... mais à lire)

 

Toutes les œuvres de Dieu, louez le Seigneur et bénissez son nom.


 

Vous, toutes les grandes choses, louez le Seigneur.

Montagnes et vallées, océans et mers, forêts et pâturages... louez le Seigneur et bénissez son nom !

 

Vous, toutes les choses tendres, louez le Seigneur.


Lumières chaudes et dorées, herbes tendres et mousses, peau de bébé et plumes d’oiseaux...
  louez le Seigneur et bénissez son nom !

 

Vous, toutes les choses douces, louez le Seigneur.


Pommes, pêches et confitures de myrtilles, rêves des jeunes et souhaits des anciens...
  louez le Seigneur et bénissez son nom !

 

Vous, toutes les choses rapides, louez le Seigneur.


Éclairs et hirondelles qui sillonnent le ciel, antilopes ou coureurs qui foncent...
  louez le Seigneur et bénissez son nom !

 

Vous, toutes les choses lentes, louez le Seigneur.


Vaches pesantes et brebis placides, tortues et malades sur leurs béquilles...
  louez le Seigneur et bénissez son nom !

 

Vous toutes les choses bruyantes, louez le Seigneur.

Tonnerre de l’orage, et cris des enfants, grêle et pluie de la nuit sur les toits des maisons...
  louez le Seigneur et bénissez son nom !

 

Vous toutes les choses silencieuses, louez le Seigneur.


Brise légère dans la chaleur de midi, bébés endormis et poissons dans les lacs, personnes qui s’inquiètent ou qui soufrent et qui pleurent... louez le Seigneur et bénissez son nom !

 

Vous toutes les choses spirituelles, louez le Seigneur.

Musique exaltante et chants du psalmiste, étude de la Bible et louange confiante, annonce de la Parole et accueil des dons de Dieu...
  louez le Seigneur et bénissez son nom !

 

Oui, vous, toutes les choses créées, louez le Seigneur !


Notre planète terre et sa lune en orbite, notre galaxie et ses systèmes solaires, tout l’univers, le connu et l’inconnu...   louez le Seigneur et bénissez son nom !

 

D’après une prière sud-africaine : Journée mondiale de prière, 2006.

Cité dans Biodiversité, toucher et être touché, Saison de la Création 2019, FPF

Prière d'encouragement :

En toi, Dieu bienveillant,

le solitaire éprouve l’attention,

l’orphelin trouve un proche,

et l’angoissé un compagnon qui ouvre la route.

En toi, le blessé rencontre un soignant,

le repentant trouve quelqu’un qui pardonne,

et l’accablé quelqu’un qui porte son fardeau avec lui.

En toi,

l’avare découvre un mendiant,

le découragé trouve quelqu’un qui le fait rire,

et le légaliste un transgresseur de lois.

 

A l’intérieur des maisons,

sur les places publiques,

au festin du mariage,

dans la salle du tribunal,

Christ vient faire toutes choses nouvelles.

En nous et sans nous

avant nous et après nous,

ici et partout,

aujourd’hui et toujours,

Christ vient faire toutes choses nouvelles.

 

Le travail de dépouillement, auquel nous ont obligé l'épidémie et le confinement, nous laisse un peu hagards, tout petits face à l'ampleur des défis et des possibles qui s'ouvrent pour ce monde "d'après".

Donne-nous la paix, non pas de celui ou celle qui s'isole confortablement dans son canapé, mais de celles et ceux qui ont retrouvé le sens de la vie dans l'écoute de ta parole et dans le partage du pain.

Amen !

Envoi :

Il est venu annoncer, comme une bonne nouvelle,

la paix à vous qui étiez loin

et la paix à ceux qui étaient proches.

Par lui, en effet, nous avons les uns et les autres

accès auprès du Père, dans un même Esprit.

Lettre aux Ephésiens 2, 17-18

Nous nous retrouvons dimanche prochain à 10h à l'église

et en fin d'après-midi sur ce blog pour picorer quelques extraits du culte du matin.

Bonne semaine à chacun.e !

Voir les commentaires

La grandeur des petites choses

17 Juin 2020, 10:00am

Publié par Paroisse protestante de Hoenheim

Puisque voici venu le temps de perdre le temps,

Je voudrais que disparaisse de ma vie l'habitude ou la distraction,

Ce pli qui m'empêche de voir le vrai visage des hommes et des choses.

Ouvre mes yeux, Seigneur.

Prends ce coeur plus usé que la corde à la margelle du puits,

Ce coeur qu'ont durci les déceptions et les échecs.

Ouvre mes yeux sur tous ces gestes d'amitié de solidarité,

ces fleurs merveilleuses jetées sur notre route.

Ouvre mes yeux Seigneur, quand la fatigue me surprend

et que  je me traîne sur les chemins.

Fais-moi comprendre la grandeur des petites choses 

que  je recommence chaque jour.

Montre-moi la place unique où tu m'a placé pour bâtir ton royaume

et donne-moi le goût de la tenir avec assurance.

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>