Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Paroisse protestante de Hoenheim

Dimanche Cantate - 4ème dimanche après Pâques

7 Mai 2020, 17:18pm

Publié par Paroisse protestante de Hoenheim

 

Chantez au Seigneur un chant nouveau

car il a fait des merveilles !

Psaume 98, verset 1

Photo : Bertrand Meyer

Commençons donc en musique avec le Psaume du jour (Psaume 98) chanté par un choeur d'hommes du Canada :

 

 

Bonjour à chacun.e !

Demain, c'est "déconfinement" ... Une étape importante que nous attendions mais qui se présente pour beaucoup d'entre nous comme un grand changement au milieu du non-changement.

Il serait absurde et inconscient de dire qu'il n'y a plus de raison d'avoir peur, que tout est sous contrôle, que tout va bien pour tout le monde et que le retour à la normale est amorcé. C'est une évidence.

Pour autant, rien ne nous appelle à la défaite, à l'abandon; bien au contraire ! Si besoin était, cette pandémie nous a montré à quel point la vie était précieuse. Tout nous appelle aujourd'hui à ne rien lâcher pour la cultiver partout où elle pointe ne serait-ce que le bout de son nez et à nous émerveiller de tout ce qui (re-)devient alors possible.

Photo : Bertrand Meyer

Chantez !

Chanter comme un acte de résistance face à tout ce qui pourrait nous détruire.

Chanter comme un acte de foi en l'avenir que Dieu rend possible, au-delà même de nos limites humaines.

Chanter pour sentir le Souffle faire son travail de vie dans tout notre corps à chaque inspiration.

Chanter pour savoir pourquoi, après chaque expiration, nous choisissons à nouveau d'inspirer la vie.

Epître du jour

Lettre aux Colossiens, chapitre 3 versets 12 à 17 :

 

12Puisque vous êtes élus, sanctifiés, aimés par Dieu, revêtez donc des sentiments de compassion, de bienveillance, d’humilité, de douceur, de patience.

13Supportez-vous les uns les autres, et si l’un a un grief contre l’autre, pardonnez-vous mutuellement ; comme le Seigneur vous a pardonné, faites de même, vous aussi.

14Et par-dessus tout, revêtez l’amour : c’est le lien parfait.

15Que règne en vos cœurs la paix du Christ, à laquelle vous avez été appelés tous en un seul corps.

Vivez dans la reconnaissance.

16Que la Parole du Christ habite parmi vous dans toute sa richesse :

instruisez-vous et avertissez-vous les uns les autres avec pleine sagesse ;

chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance, par des psaumes, des hymnes et des chants inspirés par l’Esprit.

17Tout ce que vous pouvez dire ou faire, faites-le au nom du Seigneur Jésus, en rendant grâce par lui à Dieu le Père.

 

Photo : Bertrand Meyer

Le texte proposé ce matin pour la prédication (2 Chroniques 5, 2-5+12-14) ne fait pas partie de nos références bibliques les plus connues. Avec d'autres, il fait le récit de ce qui se produit lorsque l'Arche d'alliance est déplacée pour venir, enfin, trouver sa place au milieu du peuple.

David et Salomon ont saisi à quel point ce coffre (c'est le sens du mot "arche") est vital pour que le peuple ait un avenir. David, nous dit-on, avait dansé comme jamais pour accompagner l'entrée de l'Arche à Jérusalem. Il était tellement débordant de vie dans ce geste que sa femme Mical en avait eu honte : un roi ne se laisse pas déborder et débrider de la sorte...

Mais ce qui est extraordinaire, c'est que ce coffre si extraordinaire est vide, ou presque ! Et ce "vide" est d'autant plus flagrant que les ailes des chérubins (non, effacez vite cette image de votre esprit, ce ne sont pas les petits angelots joufflus qui accompagnent Cupidon ! mais bien des êtres hybrides impressionnants de mystère et de force qui gardent le trône de Dieu) qui sont placés sur le dessus de l'Arche dessinent un trône vide, ou plutôt dégagent un espace que seule la présence de Dieu peut occuper.

C'est donc du "vide" et non du "plein à ras bord" qui constitue le coeur de la vie de tout un peuple. Un "vide" qui rend tout possible.

Et ce coffre "vide" s'offre encore le luxe de faire le vide autour de lui en prenant toute la place et en évacuant tout ce qui s'évertuait à remplir le temple de Jérusalem :10Il n'y avait rien dans le Coffre, sinon les deux tablettes que Moïse avait données, à l'Horeb, quand le SEIGNEUR avait conclu une alliance avec les Israélites, lorsqu'ils étaient sortis d'Egypte.

11Au moment où les prêtres sortaient du sanctuaire (car tous les prêtres qui se trouvaient là s'étaient consacrés, sans observer l'ordre des classes ;

12et tous les lévites qui étaient chantres, Asaph, Hémân, Yedoutoun, leurs fils et leurs frères, revêtus de byssos, se tenaient à l'est de l'autel avec des cymbales, des luths et des lyres, et ils avaient auprès d'eux cent vingt prêtres sonnant des trompettes),

13et lorsque ceux qui sonnaient des trompettes et les chantres, unis dans un même son pour louer et célébrer le SEIGNEUR, firent retentir les trompettes, les cymbales et les autres instruments et louèrent le SEIGNEUR — car il est bon, car sa fidélité est pour toujours ! — à ce moment, la Maison, la maison du SEIGNEUR, fut remplie d'une nuée.

14Les prêtres ne pouvaient plus se tenir là pour officier, à cause de la nuée ; car la gloire du SEIGNEUR remplissait la maison de Dieu.

Quand la musique retentit, il n'y a plus de place pour les prêtres ! Exit le superflu, le bling bling, la débauche de faste et de gestes. Seuls restent Dieu, son alliance et les 10 Paroles qu'il a données à son peuple libéré pour apprendre à vivre vraiment.

Lorsque David avait dansé devant l'Arche, ce n'était pas face à ce qui aurait pu constituer la fin de tous ses soucis qu'il avait dansé, loin de là. Un de ses hommes venait de mourir... S'il  danse, ce n'est pas parce qu'il a l'arme absolue ou la réponse absolue à toutes ses questions, ni même le parapluie absolu, mais bien parce qu'avec Dieu demain reste possible malgré tout : Le Seigneur est bon et  sa fidélité dure à toujours.

Oser chanter, et pourquoi pas danser, aujourd'hui, même face à l'inconnu qui nous effraie, c'est affirmer que ce qui semble vide, ce qui échappe à notre contrôle est potentiellement porteur de vie si nous nous enracinons dans la parole échangée et la relation respectueuse et solidaire à l'autre/Autre.

Photo : Claire-Lise Oltz-Meyer

Photo : Bertrand Meyer

Chantez au Seigneur un chant nouveau car il a fait des merveilles !

Et ses bontés ne sont pas à leur terme. Elles se renouvellent chaque matin...

 

Allez donc avec la bénédiction du Seigneur :

Il vous bénit et vous garde.

Il fera resplendir sur vous son visage de lumière et vous fera grâce.

Il tournera son visage de tendresse vers vous et vous donnera sa paix.

Amen !

Forts de sa bénédiction, nous pouvons chanter avec confiance :

Craindrais-je encore (...)? Il vit à jamais !

 

Bon dimanche à chacun.e et belle semaine !

Commenter cet article
A
Merci à vous de nous faire participer au culte. A bientôt
Répondre
C
A bientôt, Andrée !
M
Très beau culte !!! Merci Cousine !
Répondre
C
Avec plaisir, Cousin, et merci pour tes photos ! (je ne les ai finalement pas toutes utilisées, mais ce n'est que partie remise...). Bises